Une véranda pour agrandir sa maison

0

S’offrir une pièce de plus, à mi chemin entre la maison et le jardin. C’est le rêve de beaucoup de propriétaires ! Apparue au 18e et 19e siècle, avec les premiers jardins d’hiver, érigés par certains aristocrates pour exposer leurs plantes tropicales, la véranda a toujours été synonyme de détente et de chic mais s’est démocratisée depuis.

Cette pièce à part, entièrement ou partiellement vitrée a la particularité d’être baignée de lumière naturelle toute l’année. Il y règne souvent une atmosphère de douceur et de bien être très recherchée. Pourtant si installer une véranda fait saliver, il faut néanmoins se poser les bonnes questions avant d’entamer des travaux.

Avant d’installer une véranda renseignez vous sur les démarches

Comme pour tout projet de construction, il faudra au préalable se renseigner sur la possibilité de réaliser des travaux d’aménagement et d’extension de sa maison en consultant le COS (coefficient d’occupation des sols). En effet la création d’une véranda nécessite une autorisation administrative quelle que soit sa superficie.

Si celle-ci fait moins de 20m2, une simple déclaration de travaux sera suffisante. Mais si vous souhaitez réaliser une véranda de plus de 20m2, un permis de construire sera exigé. Il peut être alors nécessaire de faire appel à un architecte pour réaliser les plans et éléments constitutifs du dossier.

Véranda en bois, en acier ou en aluminium ?

L’acier était le matériau traditionnellement utilisé au 18e et 19e siècle dans les premières vérandas. Facile à travailler, il permettait des structures fines, des volutes et des arabesques. Mais sa tendance à rouiller a miné sa réputation au 20e siècle, les constructeurs le délaissant au profit d’autres matériaux plus résistants à l’humidité.

Celui-ci revient pourtant sur le devant de la scène depuis quelques années grâce aux nouveaux composés qui le protègent contre les changements de température (sablage, métallisation) et aux peintures polyuréthanes qui lui apportent un vernis protecteur.

Le matériau le plus largement utilisé sur le marché est l’aluminium. En effet léger, solide, il est surtout très résistant aux intempéries. De plus il ne nécessite pas d’entretien spécifique. Néanmoins il détient quand même un inconvénient principal : il est conducteur.

C’est à dire qu’il laisse passer le froid et le chaud. Il faut donc pouvoir lui associer des menuiseries à rupture de pont thermique. S’il est beaucoup moins utilisé, le bois est pourtant une belle alternative à l’acier et à l’aluminium. En effet c’est un très bon isolant, qui permet de garder la chaleur en hiver et de protéger du froid en hiver.

Cap à l’est, au sud ou au nord ?

Avez-vous besoin de rayons de soleil ou de fraîcheur ? Si vous résidez dans une région où règnent de fortes chaleurs en été, une orientation au nord sera plus adaptée. Choisir une orientation à l’est permet de bénéficier des premiers rayons de soleil, pour prendre son café le matin par exemple. Construire sa véranda à l’ouest peut s’avérer être une mauvaise idée dans les régions chaudes.

En effet les derniers rayons du soleil peuvent risquer de faire monter la température de façon exponentielle en soirée. Enfin installer sa véranda au sud sera idéal dans les régions manquant de soleil pour glaner la moindre source de chaleur. Néanmoins, il n’est pas toujours possible de choisir son orientation comme on le souhaite.

Quel est le coût moyen d’une véranda ?

Le prix dépendra de la surface envisagée ainsi que du matériau choisi. Si le prix d’une véranda en bois ou en aluminium peut varier de 15 000 à 50 000 euros. Une véranda en acier ou en fer forgé, sera plutôt comprise entre 30 000 et 55 000 euros.

Share.

About Author

Leave A Reply

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.